Des patrons de Respawn Entertainment ont récemment donné quelques interviews sur l’avenir du studio à Gamasutra, GamesIndustry.Biz, Game Informer et CVG. Le principal interlocuteur est Dusty Welch, nouveau Chief Operating Officer de Respawn, et ancien d’Activision, qui s’était plus récemment ridiculisé en croyant renouveler le FPS avec Offensive Combat, un FPS F2P destiné aux ados. Logiquement, Welch veut s’inspirer de ce qui marche dans les F2P et l’appliquer aux prochains jeux de Respawn, qui resteront pour le moment chez EA.

En passant, on n’avait jamais parlé du livre interactif The Final Hours of Titanfall (2€), de Geoff “Doritos” Keighley. Il raconte le développement de Titanfall en se concentrant sur des portraits d’employés et des anecdotes. Il y a aussi quelques photos des débuts d’Infinity Ward et de Respawn, et surtout des artworks de projets abandonnés et des vidéos des premiers prototypes de Titanfall. Parmi les rares vraies nouvelles infos du texte, on apprend que Respawn avait débuté les premiers protos de Titanfall sur Source, avant de passer durant quelques mois sur le moteur Luna développé par Insomniac Games, avant de revenir sur Source Engine. Sans surprise, on apprend aussi que Titanfall aurait dû avoir un vrai solo, abandonné faute de temps.

Keighley a cependant une certaine tendance à la réécriture de l’histoire : en parlant du licenciement de Jason West et Vince Zampella d’Infinity Ward, par exemple, il leur donne le beau rôle en oubliant d’indiquer qu’eux-mêmes conspiraient avec EA contre Activision. Quand il donne par la suite le mauvais rôle à Jason West et dresse un portrait élogieux et sans faille de Vince Zampella, difficile de faire totalement confiance à ce qu’il raconte.