Selon le site britannique Develop, Crytek UK (la filiale britannique de Crytek qui s’occupe d’Homefront: The Revolution) a du mal à payer ses employés. Ceux-ci n’auraient pas eu un salaire complet depuis avril, et le studio repousse régulièrement le paiement.

L’article indique aussi qu’une quarantaine d’employés a quitté le studio depuis le début du projet et que tous n’ont pas été remplacés. Selon Develop, Crytek UK demande désormais un préavis de trois mois pour les démissions, et aurait promu (mais sans augmentation) certains employés afin de les convaincre de rester. L’un dans l’autre, le moral du studio semble au plus bas : non seulement il faut bosser sans un salaire complet, mais en plus c’est pour faire Homefront 2.

Develop indique que Crytek Frankfurt (sans projet précis depuis l’annulation de Ryse 2) file un coup de main sur Homefront: The Revolution.