Oculus se défend face à ZeniMax, qui accuse le Traître John Carmack de vol de propriété intellectuelle. Oculus fait remarquer que son code source ne contient pas une ligne appartenant à ZeniMax, et que l’éditeur n’a jamais donné de précisions sur le vol. Occulus indique aussi que ZeniMax n’a réagi sur le sujet qu’après le rachat d’Oculus par Facebook, sous-entendant qu’ils ont un comportement de gros charognards.

Selon Oculus, ZeniMax a aussi empêché ses studios de travailler sur la réalité virtuelle, et a aussi empêché le Traître John Carmack de bosser dessus. Enfin, une version Oculus Rift de DOOM 3 BFG a été annulée quand Oculus a refusé de donner à ZeniMax une part de l’entreprise.

Enfin bon, toutes ces petites bisbilles ne nous rendront pas le Traître John Carmack, qui, je vous le rappelle, se consacre désormais à développer des magasins de comics virtuels. Au moins, il ne travaille pas (encore) sur le MMO Facebook-Second Life que prépare Oculus.