GameFront, après avoir interviewé de nombreux anciens employés de Red 5 Studios, a dressé une longue histoire du développement de FireFall, en trois parties : #1, #2, #3. L’article (inutilement long) met une bonne partie du retard de FireFall sur le dos de Mark Kern, cofondateur et CEO de Red 5 jusqu’à il y a quelques mois. Manque de management, décisions iniques, coups de colère, incertitudes sur la stratégie… Les raisons ne manquent apparemment pas pour expliquer pourquoi Red 5 n’a encore jamais sorti de jeu en huit ans d’existence.

De son côté, Mark Kern répond à l’article sur son blog avec une logique surprenante : il considère que l’article publié est du journalisme de caniveau, mais admet que le journaliste l’a contacté et a discuté avec lui, et c’est Kern qui a refusé de répondre à ses questions. Pourquoi ? Parce qu’il n’a légalement pas le droit de parler de tout ça… ce qu’il contredit une ligne plus bas, en donnant sa version des faits (en résumé : rien n’est de sa faute et tout ce qu’il a fait était super).

C’est bien le drame de FireFall : même quand les développeurs lavent leur linge sale en public, ça reste complètement inintéressant.