A l’origine prévue pour février, la sortie de Bioshock Infinite a été décalée au 26 mars, juste après Alien Colonial Marines et Crysis 3. Plusieurs Grands Reporters ont essayé le jeu durant quelques heures et vous offrent leurs comptes rendus : Gameblog, Destructoid, Joystiq, etc.

En résumé, il s’agit d’un Bioshock dans un nouvel univers et avec un gameplay un peu plus pêchu, bien que Joystiq regrette encore le manque de puissance des armes lorsqu’elles ne sont pas améliorées. Les deux points forts sur lesquels se base le jeu sont :

  1. Les skylines, système de rails aériens auxquels vous pouvez vous accrocher pour parcourir les niveaux ou vous déplacer très rapidement lors des combats.
  2. Elizabeth, que vous délivrez dès le début du jeu, puis qui vous suit partout à la façon d’Alyx Vance dans Half-Life 2: Episode 2. Elle peut ramasser des munitions, crocheter des serrures, utiliser ses pouvoirs, mais c’est surtout l’élément central du scénario et elle ne manquera pas de vous le rappeler en commentant tout ce qui l’entoure.

Article bonus : Ken Levine se fait cirer les pompes par Wired.