En décembre 2011, Stalker 2 était à l’état de prototype avec des graphismes présentables et quelques fragments de niveaux jouables. Il lui aurait fallu deux années de plus pour aboutir, mais son développement cessa brutalement avec la fermeture du studio GSC.

Une grande partie des développeurs décidèrent de rester ensemble. Ils commencèrent par monter un business plan leur permettant d’achever Stalker 2, puis à la mi janvier ils firent le tour des éditeurs. Malheureusement, après un mois de négociations, ils n’avaient toujours rien obtenu de concret. Pour éviter que l’équipe se désagrège, ils envisagèrent de créer un free to play moins coûteux : Stalker Online. Mais en février, ils durent se rendre à l’évidence, jamais ils ne parviendraient à récupérer la licence Stalker.

C’est à ce moment que la société d’investissement Vostok Ventures commença à s’intéresser à eux. Après deux semaines de discussions, ils finirent par trouver un accord et fondèrent leur nouveau studio baptisé Vostok Games.

Le marché des free to play ayant le vent en poupe, ils étudièrent ce nouveau modèle économique qui permet aux développeurs de sortir le jeu relativement tôt puis de continuer le développement ensuite, ce qui réduit les risques financiers, les coûts, ainsi que le piratage.

N’ayant pas pu obtenir la licence Stalker, ils baptisèrent leur nouveau Survarium, mais ne vous y trompez pas, il s’agit bien d’une suite spirituelle. On y retrouve les factions, les anomalies, les artefacts, les mutants et la même atmosphère, du moins on l’espère. Par contre, le jeu se déroule dans un autre univers où les catastrophes écologiques n’ont pas lieu qu’en Ukraine, mais dans toute l’ex-URSS, voire au-delà.

Bien qu’il ne s’agisse pas à proprement parler d’un survival FPS comparable à DayZ, vous devrez tout de même surveiller votre santé, votre alimentation et utiliser des combinaisons et des masques pour survire dans les zones radioactives ou fortement polluées par des produits chimiques.

Le jeu proposera du PvP, du PvE ainsi que du coop dans lequel vous découvrirez des bribes de l’histoire. Vous pourrez également dénicher quelques informations en fouillant les laboratoires abandonnés. Le jeu contiendra plusieurs scénarios se déroulant en parallèle, formant ainsi une vaste histoire qui évoluera selon les goûts et l’imagination de la communauté.

La bêta de Survarium devrait débuter en 2013. Le développement s’achèvera dans environ trois ans, ceci dépendant bien sûr du succès du jeu.

Source : VG247 interviewe Oleg Yavorsky.