On n’avait pas attendu Ubisoft pour prédire que I Am Alive serait un échec commercial, mais c’est encore plus drôle quand ce sont eux qui l’annoncent :

“Nous avons bien compris que les joueurs râlaient à cause de l’absence de version PC. Mais ces personnes se manifestent-elles uniquement à cause de l’absence de version, ou parce qu’il s’agit d’un jeu auquel ils souhaitent jouer ? Si nous faisons une version PC, vont-ils l’acheter ? […] Si seulement 50.000 personnes l’achètent, alors ça ne vaut pas le coup.” – Stanislas Mettra est creative director chez Ubisoft

Pour couronner le tout, ce pessimiste employé d’Ubisoft rage contre le piratage sur PC alors qu’Ubisoft se vante de posséder des DRM impossibles à pirater. Mais trêve de bêtise, Eurogamer a rédigé une preview du jeu :

Le pitch : un an après “L’Evénement” qui marqua le début de la fin du monde, notre héros termine sa longue marche en arrivant dans sa ville natale où il espère retrouver bobonne et son gosse. Autour de lui, tout est gris et tombe en poussière.

Bref, ils n’avaient pas les sous pour racheter les droits de La Route (surtout sachant que leur jeu ferait un bide), donc ils se sont contentés de tout copier. A en croire Eurogamer, le jeu se focalisera sur l’exploration en vue TPS avec beaucoup d’escalade. Les combats seront probablement très rares. Eurogamer décrit une rixe avec trois brigands alors que vous ne possédez qu’une balle : la solution consiste à tirer sur l’un d’eux pour faire fuir le 2ème et paniquer le 3ème que vous assommerez à l’aide d’un QTE. Autant vous dire que si le scénario et l’ambiance ne tiennent pas la route, il ne restera plus grand chose à sauver du jeu.

En théorie, I Am Alive sort avant la fin de l’année sur XBox Live et PSN. Si vous vous demandez pourquoi Ubisoft ne fait strictement aucune promo du jeu à un mois de sa sortie, c’est que vous n’avez pas lu le titre de cette news.