Mod pour Unreal Tournament III devenu un jeu commercial, The Ball vient de sortir, et comme les puzzles ce n’est pas trop notre truc, nous avons demandé à Douceur de se pencher dessus. Pour commencer, une rapide présentation du concept : bien que l’on joue en vue subjective, The Ball, à l’instar de Portal, est fait de puzzles et est garanti sans aucune arme à feu. Il faudra néanmoins venir à bout de plusieurs ennemis, mais cela se fera grâce à… The Ball, une grosse boule de métal qui ferait pâlir d’envie le Duke.

Cette ball of steel, donc, vous la trouvez au fond d’une caverne après être tombé dans une crevasse et après avoir trouvé un artefact vous permettant de l’attirer et de la repousser sans effort. Le scénario, quant à lui, est inexistant, et les seuls dialogues consistent dans la lecture de gravures aztèques (ou incas, ou mayas, allez savoir) sans grand intérêt. [–SUITE–]

La boule en question est aussi pratique qu’une barre de fer puisqu’elle vous servira à vraiment tout faire, du début à la fin du jeu : rouler, tirer des blocs de pierre, écraser des ennemis, activer des mécanismes. En plus, elle est résistante à l’eau, au feu, à l’électricité, aux explosions. Bref, c’est pas de la merde. Un peu comme le portal gun, finalement.

Pour un jeu essentiellement basé sur des puzzles, ceux-ci s’avèrent assez simplistes, même si les développeurs ont ajouté (par rapport au mod, j’entends) quelques éléments de gameplay comme l’électricité et le goudron, par exemple. Et si malgré ça vous coincez, une pression sur la touche H de votre clavier et la solution vous est donnée. Enfin, ceux qui, comme moi, ont déjà eu l’occasion de tâter le mod UT3, retrouveront exactement les mêmes énigmes, faisant ainsi fondre la durée de vie du jeu comme neige au soleil. Seul le tout dernier niveau est réellement et intégralement inédit. Le reste est tristement chiche en nouveauté ; même le mode survival était déjà inclus dans le mod.

Il en va de même de l’environnement visuel, qui reprend trait pour trait les décors du mod, c’est-à-dire l’intérieur d’un immense volcan agrémenté d’une architecture précolombienne et de couleurs finalement assez neutres. Il n’empêche que The Ball reste agréable à l’œil, avec un Unreal Development Kit (UDK, pour les pros) bien maîtrisé. Ajoutez à cela une fluidité à toute épreuve et vous obtenez quelque chose d’assez sympathique.

Pour résumer et pour faire simple, la recette adoptée par Teotl Studios (les développeurs) et Tripwire (l’éditeur) est la suivante : prenez un mod sorti il y a un an et très bien accueilli par le public, ajoutez lui quelques mécanismes, quelques salles et des succès. Voilà, c’est fini, vous pouvez sortir du four la version commerciale de The Ball et la vendre 18 €. Un prix qui m’intrigue quand on sait qu’un jeu comme Amnesia, plus long et totalement inédit, est vendu moins cher.

De deux choses l’une : soit vous avez déjà Unreal Tournament III, dans ce cas installez le mod et profitez-en pour la modique somme de 0,00 €, puisqu’alors la version commerciale ne vaut clairement pas son prix ; soit vous n’avez pas Unreal III et The Ball peut valoir le coup, si tant est que vous aimiez les puzzles et que vous êtes prêt à débourser 18 € pour un jeu que j’ai terminé en quatre heures. C’est à vous de voir, mais il ressort clairement de ce test que la version commerciale de The Ball m’a bien déçu. En deux mots : The Ball était un excellent mod, il est un jeu très moyen.