Mise à jour : les messages postés sur insmod.org ont été supprimés, probablement par la personne dont il est question ci-dessous.

Mise à jour bis : louti s’est excusé auprès des joueurs et admet qu’il a été odieux :

Je vous présente mes excuses les plus sincère quand aux événements qui se sont déroulés dans la nuit du 08/07/2009. Mon comportement était odieux et je le reconnais. je m’excuse au près de JACKMETAL et de tout ceux que j’aurais pu offenser. A l’avenir, je jouerai selon les règles du serveur BALOKU. Merci et pardonnez moi encore pour cet affront.

Le fait qu’une backdoor donnant les pleins pouvoirs aux développeurs d’Insurgency reste inquiétant…

Article original :

Louka Outrebon (aka Louti) fait partie de l’équipe de développement d’Insurgency et souhaite vous rappeler qu’Insurgency n’est pas une démocratie. Et pour cause, les développeurs ont inclus dans leurs mods des outils leur permettant de faire la loi sur tous les serveurs hébergeant leur mod. Ils peuvent ainsi rejoindre votre serveur privé et y bannir les joueurs qui ne leur reviennent pas. Ils peuvent même vous virer de votre propre serveur en vous bannissant ad vitam eternam d’Insurgency. Et ils ne se gênent pas pour le faire.

Un mod, c’est avant tout du code, et ce code peut faire n’importe quoi sur la machine où il est exécuté pour peu que l’OS lui octroie les droits nécessaires.

Confrontés aux dérives rendues possibles par l’association d’un tel pouvoir et de l’attitude déplacée d’un développeur, certains joueurs ont contacté VALVe pour savoir si ce type de backdoor est en accord avec les règles du SDK.