Extrait d’une séance de Brainstorming chez 2K Marin pour la préparation de Bioshock 2, janvier 2008 : (pour préserver leur anonymat, les différents protagonistes porteront le nom de personnages de Disney)

Donald: Il faudrait faire comme Bioshock, mais en mieux, que les gens aient envie d’acheter un autre jeu blindé de DRM !
Pluto: D’accord, mais qu’est-ce qui fait que les gens ont aimé ?
Dingo: D’après notre étude de marché, la plupart des joueurs ont beaucoup aimé l’ambiance glauque du jeu et les personnages macabres. Ils regrettent cependant le manque de présence féminine. 48% des joueurs mâles ont tout de même trouvé «excitantes» les petites filles et ont trouvé «suggestif» le geste de la seringue qui pompe l’Adam.
Mickey: On pourrait peut-être en mettre plus ? Faire un jeu axé sur les Little Sisters ?
Donald: Non, il y a une clientèle auprès des pédophiles, mais tout de même.
Pluto: Et puis il faudrait attirer plus de joueuses.
Donald: Quoi d’autre dans l’étude ?
Dingo: Eh bien 57% des joueurs ont acheté le jeu sans rien savoir de son contenu simplement parce qu’il a une jaquette hideuse sur laquelle on voit une petite fille et un colosse en scaphandre. Ils ont trouvé ça «cool».
Donald: Voilà ! Elle est là, l’idée : on remplace les abrutis en scaphandre par des filles en scaphandre ! Et tiens, on va leur coller une seringue géante sur le bras, ça fera une allusion phallique discrète.
Pluto: Bravo Donald, si avec ça on ne double pas les ventes ! Contactez les graphistes et le marketing, on lance la production.

Et un peu plus d’un an plus tard, en couverture de Game Informer