Peter Moore évoque Perfect Dark Zero et son échec dans la troisième partie de son (excellente) interview au Guardian. On ne lit pas souvent des entretiens comme celui-ci, profitez-en.