D’éminents scientifiques se demandent pourquoi les joueurs de FPS semblent prendre plus de plaisir quand ils se font tuer que quand ils massacrent leurs adversaires :

On pourrait croire que le fait de sortir victorieux provoque un sentiment de joie, mais au lieu de ça, blesser et tuer un adversaire provoque une activation physiologique élevée négative (anxiété)[…] De la même façon, quand le personnage du joueur se fait blesser ou tuer, ça peut augmenter certains aspects liés à une émotion positive.

Mais comment se fait-ce ?! Cela signifierait-il que l’action de tuer, même de façon virtuelle, cause de l’anxiété ? Que le joueur, bon par nature, se sent mieux une fois qu’on l’a mis hors d’état de nuire ? Selon nos propres experts, la vérité est ailleurs :

Les auteurs de l’étude [ont mené l’expérience] auprès de 36 jeunes adultes en les faisant jouer à “James Bond 007: Nightfire”

A quels résultats s’attendaient-ils en forçant de jeunes adultes à “jouer” à un FPS médiocre de 2002 ? Entre ça et me prendre un coup de pied dans les couilles, je crois que je prendrais le coup de pied. Pas étonnant que les cobayes préfèrent se faire tuer que de continuer à jouer.