Quand vos petits enfants vous demanderont à quoi ça ressemblait, 2007, vous pourrez leur répondre que c’était l’année de Britney Spears, de S.T.A.L.K.E.R., de Portal et de Team Fortress 2. Vous passerez sans doute pour un vieux con, mais ça vous rappelera de bons souvenirs. Parce que 2007 est la meilleure année en FPS depuis un bail.

Alors certes, il y a moins de FPS cette année (51, contre 54 en 2006 et 74 en 2005). Et il y a toujours beaucoup de bouses. Mais cette année, il y deux fois plus de grands jeux que d’habitude. Autant en profiter.

[–SUITE–]

C’est gratuit, mais bon… (6)
Ca ne vaut pas vraiment la peine d’en parler en détails, tant ceux-ci sont pourris : Blackshot; Blood Toll; Cellfactor: Revolution; Combat Arms; The Kill Point (le FPS Kuma de l’année) et Warmonger, Operation: Downtown Destruction.

Si mauvais qu’on n’a pas trop voulu y toucher (8)
Anderson and the Legacy of Cthulhu (Homegrown Games Austria / Jowood) : On ne sait même pas s’il est sorti (comme prévu) en France, mais la démo dispo laisse imaginer le pire.

Burn (Destan) : un FPS marron.

Gore (4D Rulers) ça n’est pas un nouveau jeu, mais le malheureux qui code ça l’a ressorti, adjoint d’un modèle publicitaire qui serait infaillible s’il avait des joueurs. Et un jeu correct.

Medal of Honor: Heroes 2 (Electronic Arts) : Le troisième Medal of Honor de l’année, pour consoles…

Patriots: A nation under fire (4D Rulers / Dreamcatcher) : Quand le développeur de Gore fait un FPS “réaliste”.

Rising Eagle: Futuristic Infantry Warfare (Invasion Interactive) : ça, c’est en vente que sur le net. Et on comprend pourquoi.

Shadowrun (FASA / Microsoft) : Le seul FPS multi avec cheats intégrés. Mais obligation de payer pour jouer. Le développeur a fermé boutique.

The Mark (T7 Games / Jowood) : Il en reste un sur Amazon, si quelqu’un veut tenter. Mais la raison pour laquelle vous ne saviez même pas que le jeu existait, c’est que c’est vraiment très mauvais.

Si mauvais qu’on était obligés d’y toucher (10)
Alpha Prime (Black Element) : Un petit FPS de l’Est, pas dramatiquement horrible, mais pas bon non plus.

Blacksite: Area 51 (Midway) : C’est méchant de se moquer, mais Midway avait tellement essayé de hyper le jeu que ça fait plaisir de voir (1) qu’il est vraiment médiocre (2) qu’il se gauffre comme rarement du côté des ventes.

Code d’honneur: Légion étrangère (CITY interactive) : Parfois, il y a pire que les FPS russes. Les FPS polonais, par exemple.

Hour of Victory (nFusion / Midway) : Trois FPS pour Midway cette année, et trois bides. Dont deux jeux vraiment très mauvais: Blacksite et cet Hour of Victory.

Medal of Honor: Vanguard (Electronic Arts) : Oh chic, un FPS sur Wii. Oh non, c’est moche et incontrôlable…

Painkiller Overdose (Mindware / Jowood) : Un mod devenu jeu commercial. C’est pas très chic d’avoir fait ça à Painkiller, entre nous.

Red Ocean (Collision Studios) : Tchak tchak tchak.

Redneck Kentucky and the Next generation Chicken (CITY Interactive) : Si si…

Soldier of Fortune 3: Payback (Cauldron / Activision Value) : Certains avaient la folie d’espérer. Mais finalement, Soldier of Fortune 3 est bien une petite daube budget sans intérêt.

Timeshift (Saber Interactive / Activision Blizzard) : Des années de retard pour ça. Si vous l’avez acheté, vous devriez exiger un remboursement.

Ils n’ont pas osé fouler le territoire français (7)
America’s Army: True Soldiers (Ubisoft / US Army) : America’s Army sur Xbox 360. J’avoue: même s’il était sorti en France, je ne suis pas sûr qu’on aurait essayé ce nouvel instrument de propagande militaire.

Battlestrike: Force of Resistance (CITY Interactive) : Un FPS de plus sur la Seconde Guerre mondiale

Close Quarters Conflict (Direct Action Games / Groove Games) : La livraison annuelle de Direct Action Games, la branche budget de Zombie Studio.

Instinct (Digital Spray / Wild Hare) : Un survival-FPS tout nul par les mecs qui ont fait You Are Empty.

Lockdown (Dusk2Dawn) : Un FPS budget britannique…

Time Crisis 4 (Namco Bandai) : Un FPS rail-shooter sur Playstation 3. Comme c’est intéressant.

UberSoldier 2: The End of Hitler (Burut) : Zut alors, celui-ci non plus n’est pas sorti en France. QUEL DOMMAGE.

Prix spécial du jeu sorti un an trop tôt (1)
Hellgate: London (Flagship Studios / Electronic Arts) : Sans déconner, sortir un jeu aussi buggé et malfoutu, il fallait oser. Big up à Flagship Studios et EA, qui ont prouvé qu’ils avaient les couilles de se moquer de leurs clients.

Les FPS au dessus de la moyenne, mais honnêtement, on aurait pu se passer de les essayer parce qu’on les a immédiatement oubliés. (6)
Clive Barker’s Jericho (Mercury Steam / Codemasters) : Jericho apportait une bonne et une mauvaise nouvelle. La bonne, c’est qu’à part la mauvaise, tout allait bien. La mauvaise, c’est qu’il était presque aussi nul et brouillon qu’on s’y attendait.

F.E.A.R. Perseus Mandate (TimeGate / Activision Blizzard) : Un nouvel add-on pour F.E.A.R., mais le génie en moins. C’est pas nul-nul, mais c’est pas non plus terrible terrible…

GRAW 2 (Ubisoft) : Allez, c’est un peu mieux que le premier GRAW PC. Mais pas trop non plus.

Halo 3 (Bungie / Microsoft) : J’ai essayé de faire un test d’Halo 3. J’ai vraiment essayé. Mais moralement, ça devenait impossible: le seul jeu auquel mon cerveau accepte de le comparer, c’est le tout naze Republic Commando. Même décors, même architecture des maps (un couloir, un chokepoint, un couloir, un chokepoint, un retour en arrière dans le couloir, un chokepoint…), même scénario fluo pour adolescents…

Metroid Prime 3: Corruption (Retro Studios / Nintendo) : C’est à ce jour le meilleur FPS console, toute plate-formes confondues. Problème: ça tient plus du jeu d’aventure que du FPS…

The Darkness (Starbreeze / 2K Games) : Après Riddick, Starbreeze fait un peu moins bien: The Darkness est court et fastoche. Intéressant si on aime se faire raconter une histoire (surtout avec beaucoup de sang), mais sans plus.

Au mauvais endroit au mauvais moment (5)
Dementium The Ward (Renegade Kid / GameCock) : Un FPS d’horreur sur DS, c’est original. Dommage que le public visé possède tous les outils pour pirater le jeu.

Half-Life 2: Episode Two (VALVe) : Portal et Team Fortress 2 devaient venir en bonus d’Half-Life 2: Episode Two dans l’Orange Box de Valve. Finalement, c’est plutôt l’inverse. Pourtant, cette fois il n’est pas mauvais du tout, cet épisode.

Medal of Honor: Airborne (Electronic Arts) : Sortir en même temps que Bioshock, on a vu plus futé. Le jeu n’est pas mauvais, mais pas grand monde n’y a joué.

Penumbra Overture (Frictional Games / Blue Label Entertainment) : Une bonne idée, un gimmick de gameplay original… et une sortie en catimini. La trilogie se bornera finalement à deux épisodes. Ceci étant, il n’y avait pas non plus de quoi crier au génie.

Unreal Tournament 3 (Epic Games / Midway) : La jaquette est jolie, mais qui a envie de jouer à UT99 avec des graphismes améliorés ? Bon, plein de monde. Mais qui savait que le jeu sortait ?

Les FPS de l’année (8)
Armed Assault (Bohemia Interactive Studio / 505 Games) : Déjà dispo fin 2006 à l’étranger, la suite officieuse d’Operation Flashpoint est arrivée en France en tout début d’année. Des patches ont suivi pour rendre le jeu un peu plus utilisable.

Bioshock (2K Games) : Comme tous les ans, Irrational Games (devenu depuis 2K Boston, 2K Australia et 2K Marin) place son FPS dans notre top. Bioshock est peut-être un peu décevant côté pur FPS, mais le jeu en lui-même est une expérience rare, avec une narration soignée et un univers original.

Call of Duty 4: Modern Warfare (Infinity Ward / Activision Blizzard) : NoFrag dire du bien d’un Call of Duty ?! Notez bien, parce que l’an prochain, pour le Call of Duty 5 développé par les nullards de Treyarch, on risque de vouloir se rattraper. CoD4 a beau être scripté d’un bout à l’autre, il est plus exigeant que les précécents. Le multi est toujours correct (et très joué), mais sans véritable attraction.

Crysis (Crytek / Electronic Arts) :
Un peu décevant sur la fin, Crysis reste néanmoins, comme Far Cry il y a quatre ans, une grosse claque, pour le gameplay comme pour la technique.

Enemy Territory Quake Wars (Splash Damage / id Software / Activision Blizzard) : ETQW n’aura sans doute pas assez de joueurs pour survivre aussi longtemps que Wolfenstein: Enemy Territory, son aîné gratuit. Qu’importe, c’est pour l’instant l’un des meilleurs jeux multis ! Curieusement, les versions consoles annoncées ont complètement disparu des plannings.

Portal (VALVe) : Et si le FPS de l’année n’était pas vraiment un FPS ? Plus proche du mode puzzle de Trackmania que de Call of Duty, Portal est la réussite surprise de l’année. Un jeu très court et très dense, avec une narration hilarante et un gameplay innovant qui fonctionne très bien.

S.T.A.L.K.E.R.: Shadow of Chernobyl (GSC Gameworld / THQ) : Les Ukrainiens auront pris leur temps, mais S.T.A.L.K.E.R. en valait la peine. C’est le meilleur jeu solo du premier semestre 2007, et l’un des tout meilleurs de l’année.

Team Fortress 2 (VALVe) : Un parti pris graphique original et une grande simplicité d’accès: Valve a pris le temps pour concocter la recette de Team Fortress 2, mais il faut reconnaître que ça marche très très bien.

Et l’année prochaine ?
Hmm, Duke Nukem Forever ?