Randy Pitchford, le patron de Gearbox (qui taffe actuellement sur Brothers in Arms 3, Aliens et Borderlands), raconte à Next-Gen.biz comment il n’a pas réussi à faire le FPS Heat qu’il souhaitait.

L’histoire commence en 2005, quand Gearbox, ayant envie de se faire un peu d’argent facile, cherche à faire des jeux basés sur des licences. Ca donnera, chez Sega, le FPS Aliens en 2009. Autre licence souhaitée : Heat, le film réalisé par Michael Mann en 1996. Au début, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Gearbox rencontre les producteurs du film, Pitchford fait copain-copine avec Michael Mann… C’est la teuf.

Ca commence à se corser au moment de négocier un contrat avec un éditeur. On est déjà à l’E3 2006 et Variety a révélé l’existence du projet. Gearbox s’est rendu compte qu’il n’aurait jamais le temps de bosser sur le projet, et compte donc le sous-traiter à un développeur externe. C’est là que ça se complique: selon Pitchford, le nombre d’éditeurs intéressés baisse d’un coup, car la plupart n’avaient pas confiance en le développeur choisi.

Et pour cause ! Pitchford n’a pas souhaité le dire à Next-Gen.biz, mais nous pouvons confirmer que le développeur en question était Ritual Entertainment, qui n’a pas réalisé un bon jeu depuis SiN… en 1998. Pour Pitchford, «c’était très frustrant. Il y avait là des développeurs avec beaucoup de talent. De nombreux éditeurs n’ont pas été capables de voir le talent, le potentiel qui était là.»

Il faut dire que Randy Pitchford sait de quoi il parle: avant de fonder Gearbox en 1999, il a débuté sa carrière chez les branleurs de 3D Realms, où il travaillait directement avec les futurs fondateurs de Ritual. Sa jolie tentative de copinage a d’ailleurs fini par payer… jusqu’à ce que l’éditeur décide d’annuler le projet et que Ritual se revende à MumboJumbo.

Aujourd’hui, le projet n’est plus du tout en développement. Même si Gearbox semble espérer pouvoir le ranimer un jour, on peut le considérer comme annulé.