L Etranger s’est porté volontaire pour tester Land of the Dead. Nous n’avons pas encore vraiment compris pourquoi… Peut-être fait-il ainsi acte de pénitence pour ses heures à farmer sous BF2 ? Allez savoir.

Pour l’accompagner dans son chemin de croix et lire son test, il vous suffit d’un click : [–SUITE–]

L Etranger teste Land of the Dead: Road to Fiddler’s Green

Les blagues les plus courtes sont les meilleures, mais celle-ci fut longue et laborieuse. Deux heures et dix minutes, c’est le temps qu’il m’aura fallu pour venir à bout de Land of the Dead : Road to Fiddler’s Green.

L’histoire commence quand notre Redneck (qui ne saccage rien) rencontre un John en train glander dans son jardin. En nous approchant de lui, nous nous retrouvons encerclé d’une dizaine de péquenots bien gras made in USA balbutiant des trucs incompréhensibles tout en essayant de nous baffer. Une fois équipé d’un .22 Long Rifle, le fusil fétiche de notre cher président, nous devons progresser à travers des niveaux infestés de zombies : exploitations agricoles, champs d’OGM, etc. Le but de cette escapade nocturne ? Demander de l’aide à notre voisin ! Un scénar comme on les aime.

Les graphismes, tant au niveau des textures que des modèles, ne sont pas très complexes. Disons que ça reste jouable quand qu’on arrive à discerner l’environnement et ce n’est pas toujours évident de distinguer les épis de maïs, des tonneaux et des caisses. D’ailleurs, je cherche toujours à identifier la nature de ce morceau ovale qui fut éjecté de la suture coronale d’un de mes agresseurs lorsque mon club de golf est entré en collision avec son os pariétal :

Au fur et à mesure que nous progressons, nous récoltons des pétoires diverses qui au final ne nous servent pas beaucoup. En effet, pour s’ouvrir un passage à travers les tas de viande obstruant notre chemin, rien ne vaut un bon coup de hache dévastateur. Pourquoi se fatiguer à tirer sur les zombies ? Ils ne constituent pas une grosse menace vu qu’ils sont lents et qu’ils utilisent une pelle, une hache ou au pire leur vomi pestilentiel, mais jamais d’armes à feu.

L’IA des zombies est criante de vérité : ils hurlent pour appeler leurs compagnons d’infortune (surtout quand on a la hache), ils marchent ou rampent vers vous jusquà épuisement. Ils leur arrivent même parfois de griller toute leur réserve de glucose en se jetant sur vous comme des furies. De vrais zombies bien terrifiants, sans l’once d’un brin de cervelle.

Attendez, je n’ai pas fini ! En temps que testeur de l’extrême, j’ai aussi essayé le mode multi : Celui-ci offre du TDM, du CTF et du “Invasion” : une espèce de coop sur une map confinée où les joueurs doivent tuer encore et toujours plus de zombies… Passionnant ! Pour les modes TDM et CTF, c’est du grand n’importe quoi. Les armes à feu sont imprécises et peu puissantes et l’action se limite à cavaler dans tous les sens.

Pour être gentil, disons que ce jeu est à réserver au vrais fans de zombies qui n’hésiteront à pas à dépenser 15$ pour 2 ou 3h de jeu pourrave.