Il semblerait que développer à la va-vite un FPS pour consoles en usurpant le nom d’une vieille licence à succès ne suffise pas à faire un bon jeu. C’est du moins la conclusion que l’on pourrait tirer des tests qui descendent GoldenEye : Au Service du Mal (Rogue Agent en VO), pourtant annoncé comme le nouveau chef d’oeuvre du jeu vidéo de qualité™ par EA Games.

  • Chez Gamespy, on trouve le jeu mal conçu et sans saveur, malgré un mode multijoueur qui a apparemment (un peu) séduit le testeur. Note : 50%.
  • Gamespot considère que le jeu est dépassé par les canons du genre sur tous les aspects et se plaint de la piètre qualité du jeu. Note : 63%.
  • Chez Yahoo! Games, c’est un peu l’exception : ils trouvent bien le jeu trop court (quelques heures à peine) et le multi pas formidable, mais ils remarquent surtout à quel point le jeu est ambitieux. Ils lui mettent la même note qu’à deux tiers des jeux qu’ils testent : 80%.
  • Pour une fois, IGN n’hésite pas à critiquer un jeu et il n’y va pas à moitié : la musique de Paul Oakenfold est tout juste moyenne, les graphismes sont très communs, le jeu en lui même est mauvais. Ils arrivent quand même à lui mettre 63%.
  • À l’inverse, 1Up a le courage de ses opinions : après descendu le jeu tout au long de son test (en expliquant même que ce FPS est, je cite, « merdique »), le grand reporter de 1Up achève GoldenEye: Rogue Agent avec un 30%.