Dans son immense désoeuvrement, Akshell s’est porté volontaire pour tester la démo de Shangai Dragon sortie avant hier. Glissant son uniforme de soldat chinois d’élite, il s’est lancé à corps perdu dans la bataille pour nettoyer Shangai de la racaille japonaise :

[–SUITE–]La vidéo d’introduction dans un format MPEG mal compressé mélange films d’actualités d’époque et cinématique introduisant le personnage. Les fans de CoWBoY MoRoN apprécieront la séquence présentant le fonctionnement interne du Mauser lors d’un coup de feu.

Techniquement parlant, Shangai dragon est un vrai FPS avec une vue a la première personne, mais question gameplay c’est plutot du Virtua Cop ou du House of the Dead. Les déplacement du joueur comme de la caméra sont gérés automatiquement par le moteur du jeu, l’action se limite à déplacer sa souris, à tirer sur tous les ennemis et à recharger. De temps en temps on tombera sur un adversaire se cachant lâchement derrière un innocent qui s’empressera de vous remercier une fois sauvé.

L’arme de base est un pistolet semi-automatique Mauser à 10 coups et munitions infinis, il se recharge en 1/10 de seconde avec un click droit. On peut trouver aussi une mitraillette Thomson, un fusil de sniper Mauser qui zoome automatiquement en fonction de l’action ainsi que des grenades. La version complète devrait permettre de jouer aussi avec une mitrailleuse Czech-26, une mitrailleuse lourde Maxim 24 et un Bazooka américain datant de 1942,anachronisme volontaire apparemment.

Les armes comme les munitions et les trousses de soins se ramassent en tirant dessus. Le décors comporte des éléments destructibles : pots de fleurs, bidon (explosant dans une gerbe de flammes), bouteilles, voir même les grenades ennemis que vous pourrez détruire en plein vol .

Les animations des personnages sont simplistes et souvent ratées, les soldats courent devant vous ou font des roulades et même parfois vous tirent dessus. Les officiers vous menaceront de leurs sabres, glisseront sur le sol ou même sortiront de l’écran en sautillant accroupis.

Les options graphiques très complètes permettent de régler la définition de l’écran, le type d’éclairage et la qualité des textures. Avec mon Athlon XP 1700+ et ma GeForce 3, j’ai pu y jouer toutes options à fond sans le moindre ralentissement ce qui suppose un configuration minimale très modeste. La gestion du retour de force laisse supposer que c’est aussi jouable sur gamepad.

La démo permet de jouer au 2 premières missions du jeu qui en comporte 16 divisées en 4 épisodes. Il est tout à fait possible de finir la démo du premier coup, en moins d’1/4 heure et sans mourir une seule fois, ce qui laisse espérer une durée de vie approchant les 2~3 heures pour le jeu complet.

La réalisation est propre et bien soignée, les écrans entièrement en anglais mais le seul intérêt du jeu est de pouvoir se défouler sur sa souris.