Moi quand je m’ennuie, je n’hésite plus à revêtir mon costume bleu. Associé à ma cravate verte et ma chemise hawaïenne, ça change du jean troué et du tee shirt jaune fluo spécial admin “Lan Aren 5”.
Bon d’accord, dans les deux cas, j’ai l’air con. Mais ensuite je me mets une petite démo de 007 : Nightfire, fraîchement téléchargée du matin même, et là c’est au tour de Gearbox de tomber dans le ridicule.

Une explication s’impose, je vais faire en sorte de vous la donner dans ce petit test de la démo de Nightfire, un jeu de serrurier pour autiste aveugle.
[–SUITE–]

Dans Nightfire, il y a Night, il y a fire, et il y a aussi des autistes

Aller hop, on lance la bête, on fonce dans les options pour configurer les touches et… pouf, première surprise, il n’y a pas grand chose à configurer, ça ne laisse pas présager l’utilisation de plein de choses.
Quelques réglages vidéo plus tard (et un gros « loading ») le jeu se lance enfin.

Le scénario de cette mission consiste à escorter Mr Mayhew, un chauve gras du bide, à atteindre le bunker sous terrain, à détruire un ordinateur et, comble de l’originalité, à sauver des otages.
Rien de bien affriolant.
Tout au long de la première partie de la démo, pas de surprise. On ouvre une porte, on tue les méchants qui se présente, on passe à une autre pièce pour faire exactement la même chose.
On finit par ramasser un Artic Warfare Magnum, histoire de se la jouer sniper dans un jardin remplit de méchants. Ceux ci portent tous des lunettes noires en pleine nuit, ce qui explique peut être un peu pourquoi on ne se fait repérer qu’en étant à 5 pas d’eux. Par contre ça n’explique pas leur autisme, puisqu’on a beau tirer à grand coup d’AWM sur un de leur collègue qui se trouve juste à côté d’eux, ça ne les empêche pas de continuer leur ronde.
D’ailleurs, c’est bien connu, les gardes du corps font toujours leur ronde avec un fusil de précision super lourd qu’ils trimballent sur l’épaule sans avoir l’intention de l’utiliser.
Forcément ça devient très facile de venir à bout de tout ce petit monde sans être inquiété.
Tout ça pour vous dire que le « secret » dans « agent secret » n’a pas sa place ici. Question furtivité, James Bond ressemble à un éléphant dans un magasin de porcelaine.

Les armes de Rambo pour James Bond

Des armes, j’en ai compté 4, 5 si on compte les grenades (Explosives et Flashbands) et 6 si on compte les poings de Bond :

  • Une arme de poing que je suis encore incapable d’identifier (c’est peut etre un Walther PPK)
  • Un shotgun à la JackHammer
  • Un Artic Warfare Magnum avec ses deux zooms
  • Un Sig Commando avec zoom et visée lazer

Parmis celles-ci, aucune n’a de silencieux, mais de toutes façons ça ne pose aucun problème, les gardes sont :

  • Sourds
  • Bêtes
  • Aveugles

Les grenades explosent, les flash font le même effet que sur Counter Strike mais ne font pas vraiment effet sur les gardes, les poings ne servent à rien. Vous voilà prévenu.

En cherchant bien, on trouve dans l’inventaire quelques gadgets dont l’utilité n’est pas prouvée. Ca va du portable/laçot électrique au zippo/appareil photo en passant par les clés de voiture qui balancent elles aussi un coup de jus.
Il y a aussi une paire de lunettes qui offre 3 sortes de vues (vision nocturne, détection de chaleur et une autre toute bleu qui permet de voir à travers les habits des otages… entre autre). Son utilisation est limitée, il faut atteindre qu’elle se recharge pour la réutiliser.
Cela pourrait être agréable si elle était réellement nécessaire…

Nightfire, le fils d’Half Life, le petit fils de Quake

Le moteur de Nightfire est basé sur celui d’Half Life qui est basé sur celui de Quake premier du nom. Pour ceux qui savent compter, ça ne nous rajeunit pas.
Et ça ne rajeunit pas non plus le jeu, du moins ce que l’on peut en voir d’après cette démo puisque, quelques textures bien réalisées misent à part, le contenu graphique de Nightfire vous fera tout simplement rire.
C’est presque laid tellement l’environnement graphique est carré.
Quand on voit ce que propose NOLF…
Il y a bien eu un effort concernant l’eau, qui relèvent un peu le niveau (quand vous marchez dans un ruisseau, il y a un rendu assez sympathique et il y a des petits poissons, c’est chou), mais on ne risque pas de rater les sprites 2d tellement ils sont grossiers.
Mention spéciale aux armes, surtout l’AWM qui est pratiquement le même (Modeling et textures) que celui de Counter Strike, chapeau bas, il fallait le faire.

On remarquera aussi le nombre incroyable de loading pour un aussi petit niveau. C’est pas très compliqué, vous passez cinq pièces, vous vous tapez un chargement de niveau.

Un Adibou pour les grands

L’impression que tout ça donne, niveau gameplay, c’est que ce jeu s’adresse vraiment aux joueurs console. On suit un chemin prédéfini, on tue des gens. Ca donne à peu près le même résultat que Red Faction…
Le tracé est linéaire, il y a des otages à sauver pour justifier le fait qu’il n’y a pas grand chose d’autre à faire.
Sur trois méchants dans la même pièce, un vous tourne le dos jusqu’à ce que vous ayez achevé les deux premiers, les otages ne savent pas dire « merci » quand on les sauve, et c’est même pas drôle de plonger dans les petits ruisseaux pleins de poissons
En mode facile, normal ou expert, il n’y a pas de grandes différences à part les dommages sur le personnage.

Il y a quelques années, du temps de la Nintendo 64, je jouais à Golden Eyes et je m’éclatais comme un petit fou.
Nightfire, du moins ce qui nous est présenté dans la démo, c’est de la technologie Nintendo 64 sans fun, sans saveur, sans rien.

Espérons que le niveau de cette démo est le plus mauvais du jeu et que Gearbox fera en sorte de nous faire oublier que les joueurs PC n’ont pas droit aux véhicules, pourtant disponibles sur console, sinon je pense que Nightfire va se prendre une sacrée claque à sa sortie.
D’ailleurs ça semble bien partit pour.