Activision et Bungie tenaient hier soir un livestream de Destiny 2 pour y diffuser le premier trailer de gameplay du jeu et dévoiler quelques informations à son sujet. C’est désormais chose faite, voici la bande-annonce :


Bien qu’un peu avare en réelles séquences de gameplay, la vidéo permet d’observer quelques secondes de jeu à la première personne et de découvrir quelques nouvelles capacités. Durant la conférence, Bungie a également parlé du nouveau contenu prévu pour Destiny 2. De sa campagne, notamment, qui emmènera le joueur sur quatre mondes différents, puis d’un nouveau mode Raid pour 6 joueurs et d’un support complet pour la créations de Clans (bannières, récompenses et système d’XP).

On nous parle même de la « plus grande zone jouable jamais créée par Bungie ». Si vous parlez la langue de 2Pac, PC Gamer a rédigé un long compte-rendu (et une interview) de leur ressenti après avoir posé la main sur la version PC.

La version PC, d’ailleurs, a également fait parler d’elle. Principalement parce que Mike Morhaime, boss de Blizzard, est monté sur scène pour annoncer que Destiny 2 sera le seul jeu non développé par Blizzard à dépendre de leur logiciel Blizzard App (autrefois appelé Battle.net). Outre la flopée habituelle de DRM qu’on nous ressert à toutes les sauces, cela imposera aussi à chaque compte Destiny d’être lié à un compte Blizzard pour des raisons de sécurité. Une décision que David Shaw, membre de Bungie, explique par « on a toujours kiffé Blizzard ».

D’autres détails seront donnés durant l’E3, on sait pour le moment que la version PC pourra tourner à 144FPS et qu’on pourra changer le FOV. Mais Destiny restant un jeu console avant tout, le nouveau contenu sera réservé en avance aux joueurs Playstation et il n’y aura pas de serveurs dédiés sur PC. Et toc.

Destiny 2 sortira le 8 septembre sur consoles et plus tard sur PC.

PARTAGER
Article précédentInner Chains est sorti et c’est terriblement naze
Article suivantDes animations de mêlée à venir dans Battlegrounds
Né dans la sueur des cybercafés des Hauts-De-France, Noddus a toujours vécu de drogues dures et d'eau tiède. Sa vie normale a pris fin le jour où il s’est aperçu que le PC familial pouvait faire tourner Quake III. Auparavant Blazingzboub, il a préféré renoncer à son passé honteux pour taper sa tête sur son clavier et se trouver une nouvelle identité : Noddus. C'est maintenant le renégat qui hante les couloirs de NoFrag, celui qui est toujours dans l'ombre, et dont on entend parfois les râles entre deux parties de Counter-Strike.