Un nouveau mois commence avec un nouveau budget à gérer pour NoFrag. Depuis le lancement du Tipeee le 23 mai dernier, nous avons récolté 3387€ et empoché réellement 1992€ (charges Tipeee, PayPal et de notre société), ce qui est relativement encourageant. Le Tipeee de NoFrag est retombé ce mois-ci à 431€, ce qui correspond à toutes les personnes qui donnent mensuellement. Le palier de 500€ qui correspond à la suppression de la pub n’est pas atteint mais au vu des deux derniers mois, on a décidé de l’enlever quand même. Il n’y a désormais plus aucune publicité sur NoFrag, vous pouvez maintenant lire une vidéo YouTube directement sur le site sans vous infliger 30 douloureuses secondes de publicité forcée.

Histoire de compresser un peu plus les charges, nous avons mis en place d’autres moyens de paiement afin de s’affranchir partiellement de Tipeee : les donations PayPal et le Bitcoin. Ouais, le Bitcoin. On est des dingues. Vous pourrez retrouver ces nouvelles manières de nous soutenir dans la sidebar du site ou… dans une partie toute neuve : la page Contributeurs. Cette page liste l’ensemble des personnes ayant donné pour que la subversion NoFrag perdure. On a d’ailleurs changé le palier de 11€ en 15€ afin de s’affranchir de cette blague exclusive à Tipeee et être ainsi plus cohérent pour ceux qui donneront exclusivement via PayPal ou Bitcoin. Evidemment, ceux qui ont déjà donné 11€ apparaitront dans la partie 15€. Merci à tous !

PARTAGER
Article précédentBattlefield 1 : une vidéo comparative des paramètres graphiques
Article suivantL’ESL One Cologne 2016 de Counter-Strike : Global Offensive a commencé
Surnommé « Nico GI-Joe » à la rédaction, Kip est le doyen du groupe. Après avoir passé un an de sa vie à creuser des igloos à mains nues sur le Mont Blanc en tant que chasseur alpin dans l’Armée de Terre, il s’est rendu compte qu’utiliser un FAMAS dans la vraie vie, c’est quand même bien plus compliqué que dans les jeux vidéo. Aujourd’hui, il a donc plaqué femmes et enfants pour vivre en ermite sur Dwarf Fortress et jouer à Elite : Dangerous sur les toits de Paris. C’est un peu notre papa, qui nous baby-sitte et nous fouette quand il faut bosser.