Petit résumé des événements :

Au quatrième jour, ça ne s’arrange pas trop entre Activision et le duo Jason West & Vince Zampella. Tout d’abord, Activision a tenu à dire que selon eux la plainte de Jason West et Vince Zampella n’avait pas de base juridique et allait se planter. Activision se dit «déçu» qu’il y ait une plainte et trouve que vraiment, ces employés virés ne sont pas trop sympa :

Activision is disappointed that Mr. Zampella and Mr. West have chosen to file a lawsuit, and believes their claims are meritless. Over eight years, Activision shareholders provided these executives with the capital they needed to start Infinity Ward, as well as the financial support, resources and creative independence that helped them flourish and achieve enormous professional success and personal wealth.

In return, Activision legitimately expected them to honor their obligations to Activision, just like any other executives who hold positions of trust in the company. While the company showed enormous patience, it firmly believes that its decision was justified based on their course of conduct and actions. Activision remains committed to the Call of Duty franchise, which it owns, and will continue to produce exciting and innovative games for its millions of fans.

Bon, tout ça c’est bien beau, mais depuis la plainte complète de West & Zampella est arrivée sur le net, et ce qu’elle contient est hallucinant. On résume, parce qu’il y en a pour 16 pages (vous trouverez l’intégralité en fin de news) :

  • Après Call of Duty 4, Infinity Ward souhaitait se lancer dans une nouvelle franchise. Activision les a convaincu de faire une suite en renégociant leurs contrats et en leur promettant une nouvelle franchise après Modern Warfare 2.
  • Dans ce nouveau contrat, Activision donnait à Jason West et Vince Zampella le contrôle de la marque Modern Warfare, ainsi que de tous les jeux Call of Duty se déroulant après la Guerre du Vietnam. Seul un consentement écrit de la paire West/Zampella pouvait autoriser la sortie d’un Call of Duty se déroulant dans une époque contemporaine ou futuriste.
  • Le même contrat promettait à West & Zampella la possibilité de développer une nouvelle franchise après Modern Warfare 2
  • Le même contrat promettait des bonus pour tout le staff d’Infinity Ward (en plus des royalties normales) sur tous les jeux Call of Duty ou tous les jeux utilisant la technologie d’Infinity Ward
  • Dès la sortie de Modern Warfare 2, Activision a lancé une enquête interne contre West & Zampella
  • Activision a d’abord refusé de dire à la paire à quel sujet portait l’enquête
  • Activision a menacé West & Zampella d’insubordination (suffisante pour leur licenciement) s’ils ne participaient pas à 100% à l’enquête contre eux. L’enquête portait sur des violations de contrat et du règlement d’Activision
  • Durant le week-end du 13 et 14 février, Activision a fait interroger l’ensemble du personnel d’Infinity Ward. West & Zampella ont été retenus durant six heures dans une pièce sans fenêtre pour un interrogatoire. Certains employés ont craqué nerveusement quand ils ont été interrogés. Activision a menacé West & Zampella de licenciement pour insubordination s’ils allaient réconforter leurs employés.
  • Autre menace de licenciement pour insubordination quand West & Zampella ont refusé (arguant de leur vie privée) de filer leurs ordinateurs et téléphones à Activision pour examen
  • Activision n’a donné que six heures à West & Zampella pour se défendre quand les accusations (concernant des événements non-précisés s’étant déroulés plus d’un an auparavant) leur ont été dévoilées
  • Activision, qui doit toujours payer ses royalties et bonus contractuels à la paire, a refusé de confirmer que les paiements seraient effectués. Selon West & Zampella, c’est toute la raison de l’affaire.
  • Dès le licenciement de West & Zampella annoncé, Activision a créé une unité Call of Duty et repris le contrôle de la marque Modern Warfare, allant à l’encontre du contrat passé avec Infinity Ward.
  • Jason West & Vince Zampella demandent «au moins 36 millions de dollars» de compensation pour la rupture du nouveau contrat, et exigent une injonction empêchant Activision de sortir un jeu Modern Warfare ou tout titre Call of Duty se déroulant après la Guerre du Vietnam.

West & Zampella en profitent pour taper en général sur Activision et sur le PDG d’Activision-Blizzard, Bobby Kotick, accusés d’arrogance et de cupidité.

Mais ça, c’était le point de vue des ex-patrons licenciés. Côté Activision, un bref rapport a leaké chez G4TV. On y découvre que Jason West & Vince Zampella aurait approché Electronic Arts et d’autres éditeurs en vue de la formation d’un nouveau studio indépendant, qui reprendrait les employés d’Infinity Ward et utiliserait la licence Modern Warfare…

Le mémo ne dit pas si les négociations ont donné quelque chose. Ceci étant, pas sûr qu’Electronic Arts & co aient été très tentés, la faute à l’historique du studio. A l’origine, les employés fondateurs d’Infinity Ward sont des anciens de 2015 (où ils avaient développé Medal of Honor: Allied Assault pour… Electronic Arts), dont ils étaient partis bruyamment pour «former un studio indépendant», racheté deux ans plus tard par Activision. Si l’on croit le mémo leaké, ils tentaient apparemment de refaire le même coup.

La plainte de Jason West et Vince Zampella contre Activision